Aux 5 Parfums, enfin un chinois qui a du piquant !

Première résolution de 2014 : ne pas se fier aux apparences !

C’est ainsi qu’un soir, passant devant la vitrine des 5 Parfums, nous jurons que jamais, jamais, jamais nous n’irons fréquenter ce genre d’établissement. Encore un prétendu resto chinois qui sert des plats industriels à la chaîne, pour sûr ! Vous pardonnerez sûrement notre jugement hâtif à la vue de la vitrine :

Aux 5 Parfums - Restaurant chinois Lille

Le hasard veut qu’au cours de la soirée, une amie chinoise évoque ledit restaurant comme une de ses tables préférées de la ville. Puisque seuls les imbéciles ne changent pas d’avis, on va le tester ce resto !

Une semaine plus tard, nous voilà donc attablés aux 5 Parfums. Un peu décontenancés à la lecture des plats de la carte, nous qui craignions le sempiternel porc au caramel / canard laqué / riz cantonais, nous voilà soulagés ! Heureusement, nous nous laissons guider par notre gentille accompagnatrice, qui commande pour nous un assortiment de plats sichuanais.

Nous l’apprenons, il existe en Chine huit grandes cuisines régionales, correspondant aux différentes provinces du pays. Aux 5 Parfums, c’est la gastronomie de Sichuan qui est à l’honneur : une cuisine épicée et relevée, qui ne lésine pas sur le piment rouge et le poivre.

Les aubergines caramélisées des 5 Parfums

Oubliez le concept entrée / plat / dessert : ici on commande plusieurs plats que l’on déguste tous ensemble

C’est avec beaucoup de plaisir et de curiosité que l’on partage les différents plats qui arrivent : tofu maison au piment et poivre de Sichuan, aubergines caramélisées, salade de chou, marmite de poisson et tofu au piment.

Tofu au piment rouge et poivre de Sichuan. Le conseil chinois du jour : si ça pique, tu ne t'arrêtes pas !

Tofu au piment rouge et poivre de Sichuan. Le conseil chinois du jour : si ça pique, tu ne t’arrêtes pas !

Des saveurs vraiment inédites, avec le fameux poivre de Sichuan en fil rouge, c’est une vraie (re)découverte de la cuisine chinoise !

Marmite de poisson au piment et poivre de Sichuan - Aux 5 Parfums - Lille

La marmite de poisson à partager. Conviviale et parfumée !

Alors passez outre le décor impersonnel et la vue peu charmante sur la rue Nationale, ici le dépaysement est à chercher dans l’assiette. Le 31 Janvier, la Chine fête la nouvelle année, l’occasion de se réconcilier avec sa gastronomie ?

Un petit conseil si vous tentez l’aventure vous aussi : orientez-vous plutôt vers les plats de la première partie de la carte, plus authentiques; la deuxième partie de la carte ayant vocation à satisfaire les palais occidentaux les moins audacieux. En 2014, on ose !

Aux 5 Parfums
119 rue Nationale, Lille
09 82 37 45 99
Ouvert tous les jours midi et soir

Partagez ce billet !

Le Chti Long, une institution asiatique à Lille

Derrière Maroilles & Cassonade, il y a deux amies (notre à propos tout neuf devrait vous renseigner). Même si on se force à écrire à la troisième personne du pluriel, c’est parfois compliqué de rendre compte de nos expériences culinaires sans passer du « Je-Louise » au « Je-Claire ». Vous suivez ? Et oui, nous n’avons pas forcément les mêmes goûts, et si globalement on s’accorde sur les coups de cœur et les coups de sang, c’est quelque fois plus ambivalent ! Le Chtilong, pourrait en être une parfaite illustration : difficile d’en faire une critique « M&C approved » puisque nous n’avons pas eu la même expérience de la chose.

Le « Je-Louise » adore la cuisine asiatique, et tout spécialement la vietnamienne, qu’elle a eu l’occasion de déguster moulte fois dans les cantines vietnamiennes de Paris. Pas qu’elle s’y connaisse, loin de là, mais elle a de bonnes références pour juger un phô. De retour en terre lilloise, elle reste en quête de ce petit paradis perdu… Déjà tenté au Bol d’Or, le phô du Chtilong lui faisait de l’oeil depuis un moment !

Le « Je-Claire » par contre est plus méfiant : l’expérience au Bol d’Or lui a été désastreuse, voire traumatisante. Et la cuisine asiatique ne règne pas en odeur de sainteté.

Deux profils totalement opposés et des attentes différentes, pour un repas plein d’espoir…

La façade électrique du Chti Long

La façade électrique du Chti Long

Le Chti Long fête ses 31 années d’existence, on imagine qu’ils ont eu le temps de parfaire leurs plats ! Et puis ce nom, mi-vietnamien/mi-chti, nous on adore. Heureusement, nous ne croisons pas de « welsh-bun » ou de nems à la flamande, mais un assortiment de spécialité vietnamiennes, chinoises et thaïlandaises. Encore une carte bien longue qui n’est pas sans nous inquiéter… Place au verdict :

Le bo bun (8,5€)

Le bo bun (8,50€)

Je (Claire) prends un bo-bun, mon tout premier, grand moment d’émotion. L’estomac un peu noué par les mauvais souvenirs… et finalement une bonne surprise. Les légumes sont frais et croquants, la viande plutôt goûteuse, les nems maison. Pas fan des vermicelles de riz assez fades, mais globalement, c’est bon !

La soupe phô (7,50€)

La soupe phô (7,50€)

Je (Louise) me rabats évidemment sur une soupe phô, au prix tout doux de 7,50€. Mais c’est la déception : cette soupe manque de peps, le manque d’herbes fraîches et de générosité dans les mets me rendent toute chafouine. Pour le coup, rien à voir avec le beau phô du Bol d’Or (même s’il reste perfectible dans la bouche). Les boulettes de bœuf sont probablement faites en plastique tant le goût est inexistant et la consistance caoutchouteuse. Quant au bouillon, il est fade et trop gras, à la limite d’être désagréable. C’est la cata, et mes rêves de doux phô lillois s’évaporent 🙁

La soupe phô en action !

La soupe phô en action !

Notre hôte d’un soir choisit un plat thaï, intitulé « magret de canard parfumé aux champignons mijoté à la marmite » (reprenez votre souffle). L’avis est sans appel : c’est bon, la viande mijotée est tendre et goûteuse, par contre les légumes (notamment les champignons) sont clairement surgelés. Quel dommage, quand des légumes frais auraient pu faire une grande différence !

Le magret de canard parfumé aux champignons mijoté à la marmite (11€)

Le magret de canard parfumé aux champignons mijoté à la marmite (11€)

Pour le dessert, nous commandons des plats typiquement chinois, qui ne nous laisseront pas un souvenir intarissable : à moitié froids et peu moelleux, ils ne semblent pas non plus être faits maison.

Brioche au lait de coco et à l’œuf (4€)

Brioche au lait de coco et à l’œuf (4€)

C’est comme ça qu’un restaurant comme le Chtilong récolte une appréciation ambivalente : si vous êtes un fana de soupe phô, vous risquez grandement d’être déçu. A ce propos, je (Louise) lance un appel à ceux qui auraient la gentillesse de me diriger vers une soupe digne de ce nom ! Par contre, si vous découvrez cette cuisine, le bo-bun est une bonne entrée en matière et vous régalera sans doute.

Dans tous les cas, on y retournera pour goûter à la cuisine chinoise, qui se démarquerait tout particulièrement des multitudes enseignes de Lille…

Ajoutons par ailleurs que la sympathie du patron est sans égale, et vous aurez du mal à passer outre le verre de saké au moment de payer l’addition. Plutôt cool comme note finale !

Le Chti Long
22 rue Jeanne Maillotte, Lille
03 20 30 74 64
Fermé le lundi

Agrandir le plan

Partagez ce billet !